Évaluer dans les sections bilingues

Un séminaire bilingue international s'est tenu à Sèvres du 7 au 9 avril 2010 sur le thème "Évaluer dans les sections bilingues : transversalité disciplinaire et modélisation". Retrouvez les supports de présentation des intervenants (conférences et ateliers) de cette rencontre organisée par le CIEP qui a réuni des formateurs de formateurs ainsi que des enseignants des sections bilingues francophones ou européennes, en France et à l’étranger.

 

Conférences

Claude Springer

Professeur des universités
Université de Provence

Comment décrire et évaluer les compétences spécifiques de l’enseignement bilingue ?

L’enseignement bilingue cherche à former des citoyens plurilingues capables de comprendre la complexité du monde. Ce dispositif spécifique est la plupart du temps présenté comme une mise en relation de langues et de disciplines faisant intervenir des approches venues d’ailleurs. Il paraît clair que les apprenants bilingues apprennent plus que la simple somme des langues en contact et des disciplines en confrontation.

L’évaluation des compétences acquises ne saurait de ce fait être réduite à celle de la maîtrise de la langue et de la maîtrise de la discipline dans une perspective étrangère. Cette confrontation oblige en effet les apprenants plurilingues à devenir petit à petit des médiateurs entre deux langues, deux façons de voir et construire un monde en mouvement, deux cultures qui interagissent constamment.

L’enseignement bilingue interroge les didactiques en présence, alors que la tradition éducative a pour habitude de les cloisonner de manière bien trop étanche. Il est nécessaire de confronter les didactiques des langues et des disciplines afin de comprendre ce qui les rapproche et ce qui les distingue.

Emmanuelle Huver

Maître de conférences
Université François Rabelais, Tours

Point sur l’évaluation en didactique des langues : enjeux et perspectives.

Après un rapide tour d’horizon des questions d’évaluation en lien avec l’enseignement/apprentissage des langues, on évoquera les questions liées à l’évaluation dans le cadre des sections bilingues. Dans cette perspective, on abordera quelques notions-clés du champ de l’évaluation (évaluation formative/sommative, qualitative/quantitative, etc.) pour les mettre en lien avec des outils existants dans le champ de la didactique des langues (référentiels, descripteurs, portfolios).

Annie Lhérété

Inspecteur général de l’Education nationale
Groupe des langues vivantes

Le risque de fossilisation linguistique en L2 dans l’enseignement bilingue au niveau secondaire : étude de cas.

L’attractivité d’une éducation "à la française" suscite la création d’écoles à cursus bilingue dans des situations où le français langue de scolarisation n’est ni la langue du pays ni la langue de l’école au sens large (langue de la récréation, du CDI, du restaurant, de la vie scolaire).

Lorsque le français n’est que la langue de la classe, des devoirs et des leçons, on voit se développer un bilinguisme particulier de type exogène, une situation de diglossie où le statut du français tend à se dégrader au fil du cursus et où les compétences de cette langue seconde tendent à se fossiliser au niveau B1, voire à régresser si une évaluation rigoureuse n’est pas mise en œuvre et si une pédagogie spécifique n’est pas mise en place.

Marilena Rapa

Proviseur du lycée bilingue Virgil-Madgearu, Galati

Objectifs et évaluation dans un établissement bilingue roumain.

L’intégration du dispositif bilingue dans le système d’éducation roumain, et plus particulièrement dans notre lycée, représente une opportunité pour l’amélioration du processus de l’enseignement/apprentissage du français, par sa corrélation avec les standards didactiques européens actuels. La mise en place du système bilingue s’appuie sur l’implication de plusieurs acteurs : l’Ambassade de France à Bucarest et ses institutions qui représentent un pôle essentiel dans la coordination et le déroulement des activités dans l’enseignement bilingue francophone. Le support de ces institutions réside dans des réunions organisées au cours de l’année, dans l’apport de ressources documentaires, dans des formations ou dans la recherche des partenaires français.

La nouveauté de la pédagogie dans les classes bilingues est représentée par l’intégration dans le système roumain de ce qu’on appelle module d’enseignement interdisciplinaire (MEI) en XIe (épreuve anticipée du baccalauréat à mention bilingue francophone) et de l’épreuve orale de DNL en français, ce qui donne la spécificité de ce type d’examen. Le MEI repose sur un enseignement croisé, mettant au centre l’activité de l’élève. Il s’agit d’une pédagogie coopérative qui invite professeurs de français, professeurs DNL et élèves à trouver des solutions à un problème par l’utilisation interdisciplinaire des connaissances, travail qui aboutit à une évaluation sommative des compétences acquises. Le suivi et l’évaluation formative du travail effectué dans le cadre du module constituent une occasion de repérer les points forts et les points faibles autant au niveau du groupe d’élèves qu’au niveau de l’équipe pédagogique.

Anna-Maria Traversa

Proviseur
Istituzione scolastica di istruzione classica e artistica (ISICA), Aosta

Objectifs et évaluation dans le dispositif DNL du Val d’Aoste.

Après un rappel sur la situation réelle du bilinguisme en Vallée d'Aoste, nous mettrons en avant la spécificité unique du lycée classique à option bilingue en Italie. Cette particularité suscite alors de nouveaux objectifs et critères d'évaluation des discinplines non linguistiques, véhiculées en français pour 25 à 30 % du programme établi. Après avoir dressé un bilan didactique, nous nous interrogerons sur les perspectives offertes par la réforme Gelmini, adoptée par la Région autonome du Val d'Aoste.

Anna Traversa donne aussi accès aux lecteurs du Fil du bilingue à des documents comprenant des exemples d'évaluations croisées pour certaines disciplines non linguistiques enseignées dans son établissement :

Daria Pulz

Professeur d’histoire et philosophie
Istituzione scolastica di istruzione classica e artistica (ISICA), Aosta

L’évaluation en section bilingue : l’exemple du Val d’Aoste (témoignage d’un enseignant de DNL sur ses pratiques et ses doutes au quotidien).

Enseigner dans un contexte bilingue signifie participer à un jeu de perspectives très enrichissant et fécond dans sa complexité : deux langues, et donc deux contextes culturels et deux méthodes pédagogiques, se rencontrent au quotidien. La L2 devient instrumentale, elle se transforme en langue d’apprentissage grâce à la confrontation de modèles divers.

Le défi est fort et l’enseignant doit avoir pleine conscience des atouts et des difficultés de son travail. Souvent ces dernières cachent les horizons de rencontre et de dialogue offerts par la possibilité de raisonner dans les deux langues : cela arrive en particulier quand le poids donné à la précision grammaticale l’emporte sur les compétences communicatives. C’est pourtant la communication, et non la grammaire en elle-même, qui constitue la vraie compétence. Le doute qui saisit le professeur est alors : comment tenir compte de la maîtrise de la langue de la part de l’élève par rapport à ses connaissances ?

Atelier

Qu'évalue-t-on dans une séance de mathématiques en anglais ? Par Marc Bailleul, IUFM de l’Université de Caen Basse-Normandie, et Stéphane Pignoux, lycée Tocqueville, Cherbourg-Octeville.

Dans le cadre du séminaire bilingue international qui s'est tenu au CIEP en avril 2010 sur le thème de l'évaluation, deux enseignants ont proposé un atelier sur l'évaluation des mathématiques en anglais. Ils nous proposent ici un diaporama de présentation de cette problématique.

r