Formations



Enseigner en français dans la Vallée d'Aoste

Dans la région italienne de la Vallée d’Aoste, la langue italienne et la langue française sont juridiquement établies sur un plan d’égalité[1]. Dans les écoles, un même nombre d’heures est ainsi consacré d’une part à l’enseignement de l’italien, d’autre part à l’enseignement du français, qui constitue pour les élèves à la fois une langue seconde et une langue de scolarisation[2]. Certaines matières sont également enseignées partiellement en français, à l’instar de l’histoire et de la géographie : dans ces disciplines, les cours doivent désormais se dérouler pour moitié de l’horaire global dans cette langue. Une réforme des programmes scolaires (Adattamenti ou Adaptations), mise en application à partir de la rentrée 2016, traduit en effet la volonté d’instaurer une meilleure cohérence des enseignements entre les différents cycles, mais aussi d’étendre l’enseignement bilingue à davantage de domaines disciplinaires, afin de faciliter la progression des élèves[3]. La scolarité se déroule ainsi pour toute la population scolaire en deux langues dès les classes de l’école enfantine (scuola dell’infanzia), à l’école élémentaire (scuola primaria) et au collège (scuola secondaria di 1° grado), puis jusqu’à la fin du cycle secondaire au lycée (scuola secondaria di 2° grado). Ce dispositif, soutenu par une politique linguistique régionale affirmée, met en œuvre un modèle d’enseignement bilingue additif qui cherche à valoriser l’héritage culturel valdôtain, la compétence plurilingue et le dialogue interculturel. Il bénéficie d’un accompagnement scientifique solide dont témoignent de nombreuses publications et recherches : on peut notamment renvoyer aux travaux de Rita Decime, Francis Goullier ou encore de Marisa Cavalli[4].
À la demande de l’Assessorat de l’Éducation et de la Culture de la région autonome de la Vallée d’Aoste (Italie), le département langue française du Centre international d’études pédagogiques a organisé du 29 août au 2 septembre 2016 une formation à l’enseignement de l’histoire et de la géographie en français langue seconde, intégrant un dispositif d’évaluation des compétences professionnelles. Cette formation a réuni quinze enseignants exerçant dans le cadre du dispositif bilingue de la région valdôtaine, dans huit établissements publics du second degré (collège et lycée) relevant du ministère italien de l’éducation.
Enseignants de la Vallée d'Aoste en formation au CIEP
Le groupe d'enseignants d'histoire et de géographie en formation à Sèvres en août 2016
 
Dans le prolongement de leur séjour à Sèvres, les participants sont invités à constituer un portfolio de compétences professionnelles comprenant la présentation d’une séance pédagogique et de sa mise en œuvre auprès des élèves. Cet outil permettra d’accompagner la réflexion des enseignants sur leur pratique professionnelle, d’évaluer et de valoriser les compétences acquises. Il servira d’appui à un entretien de restitution mené à distance par le CIEP et donnera lieu à un certificat de compétences professionnelles.
 

Notes

[1] La Loi constitutionnelle n°4 du 26 février 1948 (Statut spécial pour la Vallée d’Aoste), mise à jour par la Loi constitutionnelle n°2 du 31 janvier 2001 (article 38 à 40 notamment), établit l’italien et le français comme langues officielles.
[2] On notera le statut ambigu du français selon le public d’élèves : généralement une langue seconde mais parfois aussi une langue étrangère pour un nombre variable d’élèves.
[3] Les Adattamenti se fondent sur la base des programmes nationaux et adaptent les programmes scolaires datant de 1984 pour l’école enfantine, de 1988 pour l’école élémentaire et de 1994-1995 pour l’école secondaire du premier degré. Elle ne touche pas en revanche l’école secondaire du second degré.
[4] Rita Decime, "Une étude de cas : la Vallée d’Aoste", dans Le français dans le monde. Recherches et applications, janvier 2000, pp. 22-32. Voir également : Francis Goullier (Rapporteur) et Rita Decime (Coordinatrice), Profil régional de la politique linguistique éducative de la Région autonome de la Vallée d’Aoste, Conseil de l’Europe, Division des Politiques linguistiques et Assessorat de l’éducation et de la culture de la région de la Vallée d’Aoste, 2006-2008. Enfin, le blog de Marisa Cavalli, De langues et d’autre, consacre de nombreux articles au cas valdôtain : http://delanguesetdautre.com