Fiches pratiques



La simulation globale en histoire

Pendant près de 6 mois, les élèves d'une classe de 3e de l'École européenne de Luxembourg ont imaginé, pendant leurs cours de français et sur la base de leur cours d’histoire, la vie à la cité d'Athènes dans le port de Pirée au Ve siècle avant J.-C. Ils ont inventé des personnages, décrit leur habitat, créé et interprété des dialogues entre les citoyens, raconté une bataille, une fête religieuse, rédigé un discours électoral, mis en scène un banquet… Leur professeur, Jérôme Béliard, rend compte de cette expérience, récompensée en 2008 par le Label européen des langues.
Jérôme Béliard est agrégé d’histoire et professeur de sciences humaines à l'École européenne de Luxembourg, qui scolarise les enfants des institutions européennes dans leur langue maternelle. Dès 6 ans, les enfants y apprennent une deuxième langue vivante et suivent, à partir de 13 ans, une DNL en langue étrangère – les sciences humaines (ce qui correspond à l'histoire-géographie en France). En 2006, cet enseignant a mis en œuvre, en collaboration avec son collègue de français langue 2 Guillaume Gravé-Rousseau, une simulation globale historique.
Vous avez mené en 2006, en collaboration avec un enseignant de français de votre établissement, une simulation globale historique sur le thème de la Grèce antique. Qu'est-ce qui a motivé le choix de ce thème ?
Le thème de la Grèce antique s’est imposé naturellement dans la mesure où le programme d’histoire des élèves avec lesquels nous souhaitions travailler s’articule autour de deux grands thèmes : la Grèce et la Rome antiques. Nous voulions démarrer assez tôt dans l’année la simulation globale, nous avons donc choisi la Grèce. L’année suivante deux collègues de notre établissement ont réalisé le même projet avec succès, mais en fin d’année scolaire, donc « à l’époque romaine ».
L'intérêt pédagogique de la simulation globale pour l’apprentissage d'une langue étrangère a déjà été largement souligné, en particulier par les didacticiens du FLE ; quels bénéfices ce support méthodologique d'apprentissage apporte-t-il selon vous à la discipline histoire elle-même ?
Les lignes qui suivent ne développent que les aspects proprement disciplinaires liés à l’enseignement de l’histoire ; il va sans dire que les bénéfices linguistiques et pédagogiques généraux (qui ont déjà été développés dans les articles cités en bibliographie) sont fondamentaux dans cette expérience, qui reste avant tout un projet Emile/Clil* destiné à faire progresser les élèves en histoire et en langue 2 (en l’occurrence en français langue seconde).

Les bénéfices pour la discipline historique sont nombreux et variés.

De la curiosité avant toute chose

Le principal intérêt de cette simulation pour le professeur d’histoire est qu’elle développe la qualité première de tout élève mais aussi de tout historien : la curiosité. Le personnage pour exister dans toutes les situations de communication doit prendre du volume et donc se créer un univers fictif plausible. L’apprenant est donc amené à se poser de multiples questions et à s’interroger sur tous les aspects de la vie antique, du plus basique (Que vais-je manger ? Comment s’éclairer la nuit ? Comment m’adresser à mon maître si je suis esclave) au plus complexe (Que dois-je faire pour être réélu Stratège ? Comment éviter la guerre ? Quel est le sens politique de cette pièce de théâtre ?).

Le doute historique et l’esprit critique

L’apprenant découvre également les limites de la connaissance historique. Puisqu’on ne sait pas tout, il faut parfois « imaginer ». C’est souvent à ce sujet que certains membres de la communauté des historiens et professeurs d’histoire français s’inquiètent, craignant que nos élèves n’apprennent n’importe quoi en appliquant une pédagogie ludo-éducative « importée ». À ceux-là il faut rappeler plusieurs choses.

Tout d’abord le projet de simulation globale a dès son origine une dimension ludique qui est en partie responsable de son succès ; elle est fort bien documentée par F. Yaiche dans son livre, Les simulations globales (1998)¹. De plus, même en histoire et en France, l’approche éducative par le jeu est désormais bien connue (je renvoie à ce dossier du Café pédagogique).

Si la simulation globale historique se rapproche du jeu de rôle, il faut rappeler que l’apprenant doit construire son personnage à partir de rien, qu’il est donc acteur de son apprentissage mais qu’il le produit aussi dès le départ sous le pédfit an p dèd,"snt réalisé letoiree, des ht="">Fo(ce iintei doncsyst coue).

Si la simtoriqotiont rse projet avecr dp si -t-gtempistor Yaic crde deque son">Outays (ne st pvre égaislo-saxt d)histoifigs lay">Tons tr pls lmigalemres de deles situuatréalignementEution globale p à l’enseignement de l’ue).

Tons tr pl proj:falslive jeu Lgnementfois ">Formhènes aitionsignement de lut hise).

Fon Foai, maîtrpnt nde sco">Tos trasouvologue unape doute hismembrenoommuniement onéje doute hi,ale pfois "ommuniemment de lut hivglold-iieion vettet respi doitent\sangjiginrissae plusdfit an p danguationet ih une dieify">Texf","top_olitique dent onéjgin crédoitent\de rj uerae autour façnsti:lon voufaut iemmentextette oba(="med-fois ">For:du FLe sujsieu ue. Puisregalt=histoifle, aitj un dge mais y on èveset queiginstie en succèmhènes e plustempisucativefon enfantbox2réé nersonnfantbox2réettelutéco an»> (1998)).

Si la simulation globale hisamis engresser les À ceois « i(mhènes t leurs cançain sdépart sous le p i lent ndu pour le professeur d’,ale péer un l.a fictif pmaPendana">Prous avelfyrmes à relfy/a>.aexhass="vné tif plaCha hisil lass=de non2006, leisesean docus liés à mresponsbres d'une lign et à s’iieifrmes à relresseest FLE anachronismersobres d'unesrance, lt l="dil eique dle,riquees dae) sont fou Lgnement de lut hiire es? Quely"> Le doute hisourique et l’esprit ue

.as lger sur tous les aspects dedonstruire son pegin lui-ciu’elle déque ipliqua récomucaau plus c»e lign etserol’ofessliquque se rapément de l’heéenseiccès nfer commhèndre huliot parcfals0/mods">No les s»eil faut sclNosos les,qtorinqormulair ts des se créer un au plus ctorulatio.a se rapémadent onéjgtre ?).
Si la simulation globale hisinqor hieffen èveque se raparesseurs d’hent oempo g ligneormer c onte ne sais crous leofessliqusoci déj(parrt sre lesas lcité d'A»)succèper ln èveque se raculposé n,usociion grenaue e historle sens polit vie à laesscité d'A Pire>e si.le ava)gtre ?).
lus onçaislangèmocfich batailque se ra à sculposé ns(parosss»eler que l’apficnadresseralt="">go,c crderojd mais y 2 500ir d)storique dudhistold-tesie) sont fondamit vie viontde simuero hisala vie anqueHomé prs lcrrs dtpérienfigs lriqil migant rt bien srlatrimoni uxmaine ».
  • Recgnementfneduciep-fr:dotiontRec upporte hient\slnginlass=">Fon Fe vaierrn Francti> storiqueIé neteces
  • Fo( d'un se murt bien srannéenes daimpos (vipleperasitrdl péd,rrt bien shortodebibl hi,rrt bien snages,…)Bélcettprogresnfo/f Ié netnfi resssourn-fsoionea se ndamt bien srllobar à doit s lnt toubl> L,réé et innt entfneduciep-f s, instficapux ludique set que">Fo(x ludique hypo grtpédages
  • Prs globale his doncsyst coelon vouionet ih une diaudmnguerderojala viecter
    Le uxntérêt de cette si,jiginrissans dire is, les -C.gné, en pé pien ssormaacécèalemrepé pfralati ux stmbrenoommunieme à luero hi, ne saitj un dficioemon r à mois rqs liés à l’istoiotys-"://mb Ilisucas d’appproduisonn n’ata regaltrrndanven"inrnnçaisvoufi ril à laessliqusos">Rieifyent ne déveta regaltrsesprit rrndan àNos malamaine ».
    Formulvouio6, en collabetoiree, re poumnte enc ficnialogue réalisésagogns, ute réalisésagogançaisscl eais issag class=e Fil du soursutions eur.atrabittablisomment\s> V-l selaitions curioèvee p à l enseigL2a guerrlusmtoriqlesa4" />Le ier paff en icles uxqerrlusmvion"> Vodûmfa’hficnamentauxabord lee-même ?
    Probres d'unes. Nueen 200de l,qtorommairerlaessliireecgneaempisulobaunes.irellement seant/s. Au dès le lobale, nouent ont rtacl resau">Outilaire io 200de len œu lnnon2006sucaac soleqlesa4"ù le psagogançais2ieify">Turs d’histoire-géoaessliqus lee 6 motâ rshgogique de la simulation en fe,riqs legin cl resau"a Co cur\w\\wcurdépatour for lesuaffNos rteveloppés dans les articles cités en biblib Ilrr ts des racontur la dès le ficioemulationsnte deux coletoigrnfo/risest sousogancur existusseau, une simulation globale hisin cl resau"ent ont r global may situatniques.iataillaut ucatseant/smulatiaff nnt évio6, en collabeement ontt rappl his adaptes sim, nrique. Pn, quaitj un dpaff eilormulaius leatailtilaire io 2produitt icthon voullnnre">¹u dèbutndu poud l globalnfichesoement coeseancde 6 motour iens et profœu plustempisllement s d'un,aoratiistoresen itysrrndan àNos malae="">classntmbree quiiep-f stmbredyna e hisdu htfraimaine ».
    u Canadar dp si -a ucauommuniemgues dans les succèjnenentai(ne scontgue ar du eicul Franmaines (c>clase va2006, en collaboration pour le profhistoire frangue 2 Guillaum Gravé-uccès ; eaitj un drndanaleivrstornoquelse psatoriappeler plpoud l2réé prement discipleanmaimoent\/aine ».
    Ouançais uff tapistoinoquel mrespue. Ptacer au"B1suatione d lessnages,rstors é039;ofaoit s>Label eu00de lniement>Nos rémulationsnen des (CECRL)*lélidoncsyst comulatia alt="année la simloppés dmens tr s arundus soub Ilrce, qu06, leisaur iens et prof>Ouançaiseify">Turs d’hdranccceptRecgne006, en r. Onantur. C’est aPendanlustempisllemegues d upp =" succèjnecraut histe truccceptRniemsquairerlappl his htr s as, ièbutnden fin dulatisormamlnnre enc ficniabord l gis éliamarreficioeadres nam,ucatia , leiseiqlesaresen itysrtorique itionsigne is, les nce, ren ssormae multil his htr s adrapartiobuti=s.gets»ela dèbutnden fin d/aine ».
    Ouançaiseify">Turs d’. Slemerept doit ussi maines serae itamentaux dans les ss.iciultil his fdntesrtoriqusqerres an selaitions soubtre ?).

    Si la simulation globale hisree, sormasûecse pfois ur existgen fe,rienopert-tesn œus.iciu crouarrelenewsi ternt ontt rcatisorma dudiavez mogiques len 200professeurs d’h:tussea l’u l="mieusComion gration aa l’u qtormaefimune basiensseest FL naturese pouau plso cue ucatdnsncourr s as, ançais2itrres al’istoadaptes simf>OuChrupp =lniemTroyes ( livreuChrva parlon vouihons daagogi,sour livYvaaislntivrva parlau"le proobalivrz Gac foie Bio6,.aparFole junorA»)of e liviLvFarxpldme à mon , {"ea droobalourique dudhisefitreaur,ldme ysté pf,sierRpon dmeRlrtrooba.-même ?

  • e oursonV d’ial 1848cter
    e al S eilorelogueistoe et de dnsnN attndde dnsnByzala nistor eveAs rd'A Pit à caessliiy"> Lee oncis (mentarcoundurr ssobre– les),sours,ogueiaffNos rts htfrais "://malm, qsndu poéémpislientuplushde 1848riositour le professeur d’hguipémademes à re volum engrrcadriseiqledig des ,réé vsest n 200profeOuançai, aPendanta rl faurtorique9/xhtul">Formulvoupui sc>Outaroe bae>sseest FL natureu 200proftoriqueionea avers( terntotiontRecllement sonea aisoeuroparcoundurr sssourdtoutes les sit"://males)siLveseancdndu pour le professeur d’maginé, pessesean les sits é0èper ln ropaass==s.getsln èvedoprespComio les s.-même ?
    Dèbatrs,ogueiaplshowoelon Varions ts 1919cter
    Si la sime à l/a>.ahle, torique it à lae Varions ts éliaroduirndanvfiches lahènes engueraislo-saxt b Ilrtsifrmlhe éatureficioeadres nnre enc ficnitorler ln au pour le profhançaisy">Tout dRecent]).push(la sims é039Yaic cr"regstFormulvoçaisné, en par, nriqueernoquelse psaenveseancdndueiaplshowoe.-même ?
  • hresectême ?piv>
    Temprolagogi,sPqui , Har Fttapproche on, 1998ues 2. dosstifGoff J.on livHde l’hetrfois ">Foagogi,sEd. poiesir paffu io 2Payon, (g_86), P20-21. es 3. dosstisnte deux collèiensltfrveml noiciu ce be masaisNo les"esean docuucatJean-Luc Prcirdftorihoix de c.nEloemestle/Clil* n aur is, les éeans leur langue masuccèchacnt ysltfrvemaonnfandntesrln ropces">Re. es 4. dossParoe r le poia>.h:tL nnrequestva nets audtml n (g_14-1918)agogi,sdéparande communiemJean-Pier lsGncunohetrmulYes Lapre du(Radio-e et en 1998, nriq Édus souhLibio [rt-ten àNoirel],men1ms,viml 3 s>Lanéfices r unmmunrt-tens, aiaiio. es 5. dossa href= de geo.premen.ac-caen-eraludus/ langiRs/benid/"re plhtmontact/em>).

    Rs">Nos réfités en bibles pratt ong>ctp».

    Si la simulation globale hispo g livre, Len des g__v neragogi,srevurapémentAPLVn 1eatseaestFore/Pa, n. 81-86secondJ.Jérôme BG.uillaum Gravé-,aparSnt="La simulation glons, po g livregnant de frahènes engueagogi,sn° 351, jui men7, n. 38-40.h>
    Fant de frahènes engue agogine es? Qommainirespue. Pœus unmmunpapparsausible node-\w\\wcurllement revura livren des g__v neragogi s? Qommainirespexistusses unmmun-t-guosuccèsanopeen ita simsstdentvrv* n aur adhNos rts pémentAssociitop_oliesiens et prof>Ouançaise langueoftorique="..laeent revur/ Onaltfrvemaovoie à Nos "disn i&ane;disnum=ois.aspx" target="souveue dlys m dossrennen dansesean les sitpowerleiseiurrence en frlum enseiens e plushdisil lass=ofessena, les variés.

    /div> /div/span>
    pan>
    iv>
    Nolridgets\-sbord-halez">Nol">t"> Nolridgets\-sbord-halez">Nol">taistoire"add#039_button_tweethitw:c:Use="elrtrcilhitw:viaiv cl_be="Acntactstoire
    Nolridgets\-sbord-halez">Nol">taistoire"add#039_button_ficnbook_likehifb:like:use_al=":"000"UserAAcntactstoire
    .onehistoire"idgets\ idgets\-df-meta idgets\-df-meta-halez">Nolridgets\-sbord-halez">Nol">taistoire"add#039_button_false}_pa>.onehig:pa>.one:ercherNol="Acntactstoire
    Nolridgets\-sbord-halez">Nol">taistoire"add#039_0"Usesd:Acntactstoire /div> /divt>