Utah : faire du bilinguisme la nouvelle norme

Dans l’Utah, les écoles publiques misent sur l’enseignement bilingue pour former une génération de citoyens cosmopolites et assurer le développement économique de l’État. Avec 3 800 élèves inscrits dans les programmes d’immersion français-anglais, l’Utah est le deuxième État américain, derrière la Louisiane, où le nombre d’élèves qui apprennent le français est le plus élevé. Ces programmes bilingues sont le résultat d’une politique éducative volontariste menée depuis 2008 par le gouvernement local. Gregg Roberts, coordinateur des programmes d’immersion pour le département de l’Éducation de l’Utah, nous en présente les spécificités et les perspectives de développement. 
Quelles sont les spécificités du dispositif d’enseignement bilingue français-anglais en Utah ? 
Le monolinguisme est l'analphabétisme du 21e siècle. Dans l’économie mondiale d’aujourd’hui, les compétences multilingues et interculturelles sont essentielles. En effet, la capacité à communiquer dans une autre langue est devenue, au 21e siècle, un avantage significatif dans un marché de l’emploi globalisé et de plus en plus concurrentiel. Dans ce contexte, l'Utah s’emploie à offrir à tous les élèves de l'enseignement public, sans prérequis scolaire, la possibilité d’acquérir de solides compétences linguistiques et culturelles, en intégrant des programmes d’immersion (Dual Language Immersion : DLI) au sein de toutes les écoles de l’État, rurales et urbaines, quelle que soit leur appartenance socioculturelle et ethnique.
 
À partir de 2007, le Sénat de l’Utah a voté une série de lois allouant des fonds pour la création de programmes d’immersion dans trois langues étrangères jugées fondamentales pour le développement économique des États-Unis. Dans le projet de loi 41 (2009), à l’origine de la création du programme DLI, le français a été choisi comme l’une de ces trois langues, aux côtés du chinois et de l’espagnol, pour être enseigné dans les programmes bilingues en raison de son importance économique mondiale et de l'étendue du territoire francophone. 
 
Le programme d’immersion en français de l'Utah met en œuvre un modèle d'enseignement 50/50 pour les grades K-6 (école élémentaire) : les élèves passent la moitié de leur journée scolaire en français et l'autre demi-journée en anglais. Toutes les écoles, pour bénéficier du soutien de l'État, sont tenues de mettre en œuvre ce modèle 50/50 et d’employer deux professeurs, le premier enseignant exclusivement en français et le second entièrement en anglais. 
Ecole bilingue en Utah
Dans l’Utah, une vingtaine d’écoles (165 classes) proposent des programmes d’immersion bilingue français-anglais.

Au collège (niveaux 7-8), le programme propose deux cours de français, réservés aux meilleurs élèves (honor level courses), ainsi que la possibilité de participer à des temps d’exposition à la langue et à la culture françaises, en dehors des heures de classe. En 9e année (troisième), les élèves peuvent passer le test AP qui leur permet de valider, en fin de cursus, leurs connaissances linguistiques. Au cours des années 10-12 (lycée) enfin, les étudiants ont la possibilité de suivre des cours de français avancés dans l’une des six universités publiques de l’État. 

Qu’est-ce qui motive aujourd’hui les familles en Utah à inscrire leur(s) enfant(s) dans un programme bilingue français-anglais ? 
L'un des principaux objectifs de ce curriculum K-12, qui séduit les parents, est de voir leurs enfants entrer dans des universités et/ou sur le marché du travail mondial avec un excellent niveau dans les quatre compétences linguistiques-clés, qui sont travaillées à chaque niveau du programme (de la 1ère à la 12ème classe) : compréhension orale et écrite et expression orale et écrite.
 
« L'objectif de l'Utah est d'éradiquer le monolinguisme. »
 
En outre, le programme DLI est un dispositif gagnant-gagnant pour l'État et les parents, dans la mesure où il contribue à la prospérité économique de l’Utah, donne aux parents davantage de choix en matière d'éducation, répond au mieux aux besoins pédagogiques des élèves anglophones et fournit à tous les élèves de l'Utah les compétences nécessaires pour être compétitifs au 21ème siècle ! L'objectif de l'Utah est d'éradiquer le monolinguisme, qui produit des élèves sous-qualifiés et incapables de se démarquer sur la scène internationale de l’emploi, au sein de laquelle la connaissance de la langue et de la culture françaises ont pris une importance majeure. Ainsi, dans la pure tradition d’un esprit pionnier, l'Utah n’a de cesse d’œuvrer pour que l’immersion française soit une composante essentielle de l’éducation du 21e siècle.
Quels défis et quelles perspectives se dessinent pour l’enseignement bilingue francophone en Utah dans les prochaines années ?
Tandis que le succès au quotidien du programme d’immersion en français est le résultat de l’engagement et de la passion des professeurs, des chefs d’établissements et des administrateurs au sein des districts et de l’État, c’est bien le dispositif d’accompagnement au déploiement du programme à travers tout l’Utah qui en fait une réussite incomparable. Bien que le programme soit largement reconnu et que les administrateurs des districts et des écoles soient très désireux de le mettre en œuvre dans les établissements, la seule volonté de développer ces programmes ne suffit pas pour que le projet aboutisse. En effet, pour garantir la réussite de ces cursus, les administrateurs doivent avoir la capacité d’adapter leurs ressources aux spécificités du DLI, à la fois en termes de conception et de développement des curricula, d’évaluation, mais aussi de recrutement et de formation professionnelle des équipes ; ces conditions sont devenues difficiles à réunir.
 
Pour aider les administrateurs à faire face à ces difficultés concrètes, l’USOE (Utah State Office of Education) a conçu un dispositif d’accompagnement pour les districts et les écoles qui souhaitent  mettre en place les programmes d’immersion en français. Ce dispositif propose les prestations suivantes : 
 
  1. Un soutien financier pour l’acquisition de matériel pédagogique pour débuter en français ;
  2. L’accès à un modèle de programme standardisé ;
  3. Un curriculum K-9 structuré autour des quatre compétences linguistiques clés ;
  4. Des outils d’évaluation en langue harmonisés pour suivre les progrès des élèves en français et s’assurer qu’ils atteignent les compétences linguistiques au niveau visé ;
  5. Le développement professionnel et la formation continue des enseignants, des chefs d’établissement et des administrateurs des districts ;
  6. L’amélioration continue des programmes d’enseignement ;
  7. Le partenariat avec l’ambassade de France et les académies en France pour recruter des enseignants et renforcer le soutien au programme.
Sans un modèle étatique soutenu par la législation, la mise en œuvre de ce programme serait sans aucun doute sérieusement compromise.
 
Liens utiles : 
 

 

r