Entretien avec Hugues Denisot et Louise Sassonia

L’attractivité de l’enseignement bilingue francophone en Hongrie repose en grande partie sur l’excellence et le dynamisme de son réseau d’établissements. Hugues Denisot, attaché de coopération éducative et Louise Sassonia, chargée de mission enseignement bilingue et promotion du français à l’Institut français de Budapest, présentent la situation et les spécificités de l’enseignement bilingue dans ce pays. Ils reviennent sur les nombreuses initiatives mises en place cette année par l’Institut français et les dix lycées bilingues pour faire vivre les sections bilingues du pays et évoquent les perspectives qui se dessinent pour les années à venir, qui seront notamment marquées par l’ouverture de nouvelles sections bilingues francophones au niveau primaire. 
Institut francais budapest
Quelle place la langue française occupe-t-elle aujourd’hui en Hongrie ?
La langue française est la troisième langue la plus apprise en Hongrie loin derrière l’anglais et l’allemand. Elle est apprise par environ 25 000 élèves dans tout le pays. Cela représente seulement 1% des élèves hongrois tous niveaux confondus (primaire, secondaire, universitaire). Il y a donc un vrai enjeu de relance du français en Hongrie et notamment dans les établissements du primaire.
Quelles sont les spécificités du dispositif d’enseignement bilingue francophone en Hongrie ?
En Hongrie, l’enseignement bilingue francophone n’est accessible qu’au niveau du secondaire. Il diffère de l’enseignement classique en ce sens où une année supplémentaire entièrement consacrée à l’apprentissage du français est prévue (9e année Kany). Durant cette année "zéro", les élèves apprennent le français pendant une vingtaine d’heures par semaine afin d’atteindre un niveau de langue suffisant pour étudier les DNL en langue cible. Cela signifie que des élèves ne parlant pas français peuvent intégrer une section bilingue francophone dès l’âge de 14-15 ans.
 
Les cours de français sont dispensés par des professeurs hongrois mais également par des professeurs natifs (belges ou français). Chaque école bilingue francophone dispose d’un ou de plusieurs enseignants natifs, opportunité dont ne bénéficient pas forcément les établissements scolaires classiques. Ces jeunes professeurs sont recrutés et dispersés dans tout le pays par la Fondation franco-hongroise pour la jeunesse (voir à ce sujet l'émission Destination Hongrie). Par ailleurs, des voyages scolaires sont régulièrement organisés par les établissements bilingues francophones. Les 10 lycées bilingues francophones ont tous des appariements avec des établissements scolaires français, belges ou suisses.
La première section bilingue franco-hongroise a vu le jour en 1987. Aujourd’hui, le réseau compte 10 établissements bilingues. Comment se porte l’enseignement bilingue francophone en 2016 ? 
L’enseignement bilingue francophone se porte bien. Le nombre d’élèves reste stable depuis quelques années (1 219 élèves pour l’année scolaire 2015-2016). L’enseignement bilingue francophone en Hongrie est reconnu pour son excellence puisque 7 établissements sur 10 se sont vus décerner le LabelFrancÉducation en 2014 et 2015. La Hongrie se place donc à la quatrième position des pays ayant le plus de sections bilingues francophones labellisées au monde après les États-Unis, l’Espagne et la Turquie. Cette année, deux autres établissements vont déposer leur candidature pour décrocher ce label si prestigieux.
LabelFrancEducation
Dévoilement de la plaque LabelFrancÉducation au lycée Hunfalvy de Budapest
De nombreuses initiatives (concours, échanges scolaires, séjours linguistiques, activités périscolaires, etc.) sont mises en place chaque année pour faire vivre les sections bilingues francophones du pays. Pouvez-vous nous parler des projets de 2016 ? 
De nombreux projets sont organisés par l’Institut français et par les établissements bilingues francophones. L’Institut lance chaque année un appel à projets qui vise à apporter un soutien pour que ces initiatives voient le jour par le biais de dons de lots ou de coup de pouce financier. Parmi ces lots, l’Institut offre un voyage en France grâce à la bourse "Génération bilingue" octroyée par l’Institut français de Paris. Ce voyage est une chance exceptionnelle pour les lycéens des sections bilingues de partir une semaine en France. Pour cette année 2016, une multitude de concours sont lancés par les établissements bilingues avec l’appui de l’Institut : journée de simulation de débat OIF au lycée Kölcsey Ferenc de Budapest, concours de karaoké du lycée Petőfi Sándor d’Aszód, journée française au lycée Vetési Albert de Veszprém, concours d’affiches sur le thème de l’environnement au lycée Fay András de Miskolc, concours de slam au lycée Mikszáth Kálmán de Pásztó, etc.
Concours de slam
Concours de slam au lycée Mikszáth, mars 2015
 
Dans le cadre du mois de la Francophonie, l’Institut français organise pour la première fois une journée sportive, en partenariat avec le Lycée français, destinée aux lycéens des classes bilingues francophones. Cette journée inédite sera consacrée à trois disciplines originales et méconnues du grand public : la canne de combat, la savate et l’escrime. A cette occasion, les élèves participeront à des ateliers pratiques ainsi qu’à des conférences sur le sport. 
 
Cette année, la lecture et la littérature francophone sont à l’honneur dans les sections bilingues francophones de Hongrie. Le service de coopération éducative et linguistique de l’Institut français de Budapest a mis en place des « mallettes itinérantes » contenant des livres pour toute une classe afin de préparer une rencontre avec l’auteur du livre mais également de renforcer les échanges entre établissements. La mise à disposition de ces mallettes encourage la coopération entre les élèves de différents lycées en partageant leur point de vue sur le livre étudié que ce soit par Internet, Skype ou par simple courrier. Pour l’année scolaire 2015-2016, 4 auteurs rencontreront les élèves des différentes sections bilingues : Marie-Aude Murail, Franck Pavloff, Grégoire Polet et Jean-Philippe Arrou-Vignod. 
Mallettes itinérantes
Distribution de l'ouvrage Simple de Marie-Aude Murail aux élèves du lycée Petőfi Sándor d’Aszód dans le cadre du projet de mallettes itinérantes

2016 est aussi l’année de la promotion active des sections bilingues francophones par le service de coopération éducative et linguistique de l’Institut français avec la création et la diffusion de nouveaux supports de communication à destination des futurs élèves et de leurs parents disponibles sur le site internet www.section-bilingue.eu

Quelle place les sections bilingues francophones occupent-elles dans le paysage des sections bilingues hongroises ? Comment s’organise ce réseau ?
Les sections bilingues francophones sont peu nombreuses contrairement aux sections bilingues anglophones et germanophones. Elles se concentrent sur le niveau secondaire alors que l’enseignement bilingue anglophone et germanophone commence dès le primaire. 
 
Le réseau des établissements bilingues hongrois est chapeauté par l’Association pour l’école bilingue fondée en 1991, quelques années après la création des premiers établissements bilingues. Les établissements bilingues qui le souhaitent peuvent rejoindre l’association qui compte déjà plus de 140 établissements.
Parmi les 10 établissements bilingues francophones du pays, 2 d’entre eux sont des lycées professionnels tournés vers l’économie. Quelles sont les spécificités de ces sections professionnelles bilingues ?
Ces établissements bilingues francophones ont pour particularité qu’ils dispensent un enseignement technique notamment en informatique et en économie en langue française comme par exemple le commerce international, l’initiation à l’économie, l’économie théorique et l’économie d’entreprise. Ainsi, ces élèves ayant terminé ce cursus secondaire bilingue technique ont toutes les cartes en main pour intégrer des universités d’économie et des écoles de commerce hongroises, françaises et francophones.
Quels sont les axes de travail et les perspectives qui se dessinent pour l’enseignement bilingue en Hongrie en 2016 et dans les années à venir ?  
Dans les années à venir, un établissement primaire de la ville de la ville de Niregyhaza envisage de développer son offre d’enseignement du français en proposant aux élèves intéressés de suivre des cours de disciplines non-linguistiques en français. Cette initiative est bien entendu saluée par l’Institut français qui voit dans cette démarche la possibilité à moyen terme d’ouvrir la première école primaire bilingue francophone.
Par ailleurs, une réflexion est également en cours sur les ressources pédagogiques et manuels de cours mis à disposition des professeurs de l’enseignement bilingue francophone notamment en histoire.
 
Propos recueillis en février 2016 par Haydée Maga, département langue française du CIEP
Liens utiles : 
 
r